les Comtés

  • Du latin cŏmĕs, cŏmitis compagnon, personne de la suite, puis plus tard compagnon de l’empereur, délégué de l’empereur est un titre de noblesse dont l’origine remonte aux premiers Empereurs Romains. Il s’agit du plus ancien titre de haute noblesse conféré en Europe et toujours l’un des plus élevés de la hiérarchie nobiliaire européenne.
  • En France, sous l’Ancien Régime, la dignité des titres dépendait de leur ancienneté, tous titres confondus tandis que leur hiérarchie dépendait des hommages. Ces représentations hiérarchiques diffèrent non seulement dans le temps, mais également d’un pays à l’autre.
    • La Noblesse Autrichienne considère le titre de Graf – Comte comme le second rang le plus élevé de sa hiérarchie nobiliaire, suivant immédiatement celui de Fürst – Prince, tous deux constituant la Haute Noblesse de l’Empire.
  • La première charte qui désigne un individu avec le titre cŏmĕs est daté de 635, toutefois il s’agit de cas isolé. Dès le début du VIIIème siècle, la présence dans les chartes de la noblesse avec le titre cŏmĕs est relativement fréquente, surtout dans les chartes émises par les maior domus. Cela suggère que, à cette époque, le corps des cŏmĕs s’étaient établis dans le cadre du cercle de nobles à la cour, contrairement à la position des dux dans les VIème et VIIème siècles. Toutefois, la documentation ne comporte pas de qualificatifs géographiques appliqués à ces cŏmĕs. Il n’est donc pas du tout évident que ces cŏmĕs Merovingōrum – Comte Mérovingiens étaient les dirigeants locaux de Comtés, dans le sens de l’accomplissement d’un rôle dans l’administration locale, ou si les titres étaient essentiellement honorifique. Seulement dans très peu de cas il a été possible d’établir des relations familiales entre ces individus, ou entre la noblesse Mérovingienne du VIIème et VIIIème siècles et la noblesse Carolingienne soit dans le Royaume Franc Ouest ou le Royaume Franc Est, bien que la plupart des noms des nobles Mérovingiens premiers sont repris parmi la noblesse franque plus tard.
  • Les titres de justice connus comprennent des cŏmĕs pălātii – comte du palais, comme indiqué par la charte du 28 février 693 du Roi Clovis IIIème des Francs, qui désigne les individus dans chaque catégorie dans l’ordre décroissant. Un point intéressant concerne la nature de la nomination du cŏmĕs pălātii à la cour Mérovingienne. On peut supposer que ces fonctionnaires ont été affectés à des tâches administratives importantes, bien que la nature exacte de ceux-ci ne peuvent être identifiés à partir des sources disponibles. Cependant, contrairement à la maiores domus, un grand nombre de cŏmĕs pălātii sont nommés dans les chartes Royales. La même personne apparaît rarement plus de deux fois, ce qui suggère que leur mandat ont peut-être été de courte durée, le poste peut être occupé en rotation par la noblesse supérieurs à la cour. En outre, dans les chartes qui énumèrent plusieurs nobles nommés, le cŏmĕs pălātii n’est généralement pas nommé en premier dans la liste, ce qui suggère que le titulaire d’une charge jouissait pas de position de préséance. Au VIIème siècle, la documentation indique que le cŏmĕs pălātii a occupé un poste subalterne à la cour par rapport à la maiores domus. Cependant, il semble que leur position ait évolué au fil du temps, peut-être remplacer celle de maiores domus après l’adhésion de la Dynastie Carolingienne. Par exemple, Wicbert est enregistré en tant que seul cŏmĕs pălātii de Pépin Ier des Francs entre 752 et 759.
  • Ses fonctions étaient diverses : il convoquait les hommes libres pour l’armée royale l’ost, levait certains impôts et présidait le tribunal du comté le mallus au nom du roi. La charge de cŏmĕs pălātii était promise à un bel avenir : elle survécut durant tout le Moyen Âge et ses titulaires affirmèrent leur indépendance chaque fois que le pouvoir central défaillait. Ainsi, dès l’époque mérovingienne, certains cŏmĕs pălātii formèrent de véritables dynasties et devinrent incontrôlables, surtout dans les régions périphériques du royaume. Une partie de l’aristocratie du royaume constitua alors une noblesse héréditaire. À la fin du VIIème siècle, le titre de dux francorum, duc des Francs, pouvait venir officialiser la domination d’un aristocrate sur un vaste territoire plusieurs comtés ou une région entière comme l’Austrasie; plusieurs Pippinides portèrent le titre de dux.
      1. – Les tableaux synoptique ci-dessous rend compte de plusieurs Comté
    1. Création du Ier Comté de Laon nommée part les Francs Mérovingiens
    2. Création du IIème Comté de Laon issus de la famille des Francs Chrodbertiens
      1. Création du Ier Comté de Autun issus de la famille des Guilhelmides branche cadette des Francs Chrodbertiens
        1. Création du Ier Comté de Hesbaye nommée part les Francs Mérovingiens
        2. Création du IIème Comté de Hesbaye de la famille des Francs Chrodbertiens
          1. Création du Ier Comté de Sens nommée part les Francs Mérovingiens
            1. Création du Ier Comté de Laurenburg nommée part les Francs Mérovingiens